samedi 7 février 2009

Le CA contre l'avis de l'AG de l'université du Havre

Bonjour à tous,
Le CA exceptionnel s'est réuni hier soir à 18h. Une délégation de professeurs et d'étudiants s'est présentée pour informer les élus du CA de la décision de l'AG de demander au CA la suspension du semestre durant une semaine.

Le CA s'est prononcé contre toute suspension. Il n'a voté qu'une journée de banalisation mardi.
À chacun d'en tirer les conclusions s'imposant.

Prochaines actions :
1. Tintamarre 10h30 devant le parvis de l'université.
2. AG étudiante à 14h en Amphi 6 !

Mardi :
Un départ pour Paris est prévu pour se rendre à la manifestation nationale.

Pour ceux qui restent au Havre, 6h30 devant la maison des syndicats, Franklin, Cours de la République.

34 commentaires:

Anonyme a dit…

Quoi ! Un conseil démocratiquement élu par un vote à bulletin secret, souverain et légal, a osé ne pas suivre les injonctions des AG où tout le monde et n'importe qui peut venir voter à main levée ? Mais c'est scandaleux ! Honte à ces fossoyeurs de la démocratie populaire !

Lélia a dit…

Oula, je sens que c'était ironique... Bref brefn ça veut dire quoi "journée banalisée" finalement ? Pas de cours, ils sont remplacés par une journée d'action c'est ça ? Un p'ti mail pour prévenir tout le monde ce serait cool :) Parce que je sais pas si on va avoir un compte rendu du CA exceptionnel avant mardi :s

Anonyme a dit…

Serait-il possible de communiquer sur le blog l'adresse mail à laquelle on peut s'inscrire à la liste de diffusion d'infos s'il vous plaît ?

Loriane a dit…

serait-il possible de connaitre enfin les modalités pour pouvoir prendre connaissance de nos notes ?
je suis plutot d'accord avec le mouvement des profs, car cette reforme comporte des points scandaleux mais là où le bats blesse c'est lorsque les etudiants se deplacent pr venir en cours et où celui-ci est finalement annulé !! venir 2 fois dans la semaine pour rien, ça fait mal lorsque l'on se deplace en voiture...
ce sont tout de même les etudiants les plus assidus qui se trouvent penalisés..

Tagada- a dit…

L'adresse pour le contact mail est : francoispanel@hotmail.fr

Envoyez-lui un email pour signaler que vous désirez vous inscrire aux infos par courriel. C'est comme une newsletter...

Anonyme a dit…

un conseil démocratiquement élu peut effectivement prendre des décisions contraires, puisque dans une logique de gestion, à celles d'une AG...le problème se pose davantage lorsque ce sont les mêmes qui animent les AG et poussent à la grève et votent le contraire ensuite...peut-être que simplement un choix s'impose à un moment donné lorsqu'il y a conflit d'intérêt, non ?

Anonyme a dit…

Certains tiendraient un discours différent selon qu'ils sont en AG ou en CA ? Non c'est pas possible, ce sont d'honnêtes professeurs pas des vieux routards du syndicalisme ? Si ? Ha...

un déçu a dit…

ce sont finalement les grévistes qui se font avoir dans l'histoire
je ne suis pas un grand bosseur et je n'aurais donc pas mon semestre 1 et ne peut donc pas me permettre de louper encore plus de cours, ce ne sont pas lesplus assidus mais ceux qui se bouge qui sont pénalisée. Pour moi, je ne peux plus me mobiliser et ce dois être le cas pour pas mal de personne
cette désicion casse, je pense, tout le mouvement...

Anonyme a dit…

Attention confusion!
Vendredi il y a eu 2 AGs. L'AG du personnel a voté en faveur de deux journées d'action la semaine qui vient(d'abord mardi, avec tous les manifestants au Havre et à Paris, ensuite un autre jour à fixer dans la semaine...) L'AG des étudiants a voté la suspension. Ensuite le CA a pris une décision.
Pour inf: 30 membres du CA - 7 professeurs et assimilés, 7 autres enseignants et assimilés,5 étudiants, 3 BIATOSS et 8 personnalités extérieurs.
Le souci de l'AG des personnels était de rassembler. Suspension et blocage au contraire peuvent diviser et finalement, dans la confusion,beaucoup de personnes restent chez eux/dans leur coin. Le mouvement se perd.
Ne perdons pas de vue ce qui nous unit: la nécessité de sauver notre université. Nous avons besoin de la plus grande mobilisation possible dans la semaine qui vient contre la dotation budgétaire, contre la suppression d'emplois, contre la mastérisation de la formatio aux métiers de l'enseignement et contre le projet de décret sur le statut des enseignants chercheurs.
Evitons les querelles de clocher - il y a un vrai but: faire reculer Mme Pécresse.

flo a dit…

c'est quel jour le tintamarre?

écoeuré a dit…

vous avez besoin d'une grande mobilisation la semaine prochaine ? et bien il fallait s'en donner les moyens les amis ! combien de professeurs ou assimilés, d'enseignants ou assimilés (j'adore l'assimilation !) ont-ils votés la suspension pour une semaine ? combien parmi eux animent les AG ?
et bien qu'ils les animent mais sans les petites mains qui vont retourner en cours !!! et j'espère que mes camarades ne cèderont pas à vos sirènes du blocage.

Clément a dit…

En lisant certains commentaires j'ai l'impression que le débat est plus "Pourris de droite!" et "crasseux de communistes!"

Je pense que certains devraient ranger la carte de leur parti et réfléchir directement aux problèmes qu'il y a en ce moment en France...

Je m'adresse particulièrement aux élèves de droite (Non je ne suis pas communiste), ouvrez les yeux, rendez vous compte de l'absurdité des réformes! Manifestez aussi! Ce n'est pas parceque la droite Française à choisi de faire des réformes qu'elles sont bonnes... Regardez le CPE, il y a peut être 2 ans il a été déclaré qu'il était impraticable car contraire au code du travail...

Oubliez vos opinion politiques et ouvrez les yeux sur ce qui se passe!

A lire a dit…

http://tinyurl.com/akn5j7

Anonyme a dit…

Concernant le CA, l'information que j'ai par Georges Barakat (qui insiste sur le fait que le CA n'est pas notre ennemi mais la ministre et ses réformes) est qu'avant de prendre position avec une suspension (vue l'absence de mobilisation homogène du personnel et des enseignants), les élus voulaient convoquer pour mercredi et jeudi un referendum du personnel pour savoir si vraiment, compte tenu des attaques contre l'université par le gouvernement, l'ensemble du personnel considère qu'il serait nécessaire de suspendre les activités ordinaires (pas seulement les cours) et les remplacer par des extraordinaires (du genre les débats-information autour des dangers qui guettent l'université suite au projet de réforme, mobilisation... qu'on proposait dans le comité d'action et qui ont été soumis à l'AG). De cette façon, le CA met en évidence qu'il n'est aucunément contre la mobilisation mais qu'il réclame une demande forte et représentative de la part de l'ensemble de la communauté des enseignants et des Biatoss (et pas seulement ceux qui vont aux AG). Sa contestation des réformes, il ne faut pas l'oublier, s'est manifestée déjà par le biais de sa contestation le budget de l'université, de sa décision de ne pas faire remonter les maquettes et par leur refus d'envoyer la liste des postes à supprimer au Ministère.
Selon Georges, les étudiants sont libres (voire encouragés) de construire une délégation locale constituée de représentants étudiants (étudiants, associations, syndicats étudiants et indépendants...) pour demander à leur tour un referendum pour consulter l'ensemble des étudiants en prenant appui sur les services administratifs de l'université dans l'organisation.

à défaut d'une culture syndicaliste... a dit…

un referendum, à bulletins secrets j'imagine ? c'est pas les pratiques du patronat pour casser les mouvements de grève ? ha si c'est vrai ! non c'est sûr, le CA est avec nous...c'est à n'en plus douter !

Anonyme a dit…

je vous donne le lien du discours de Valérie Pécresse lors de l'inauguration de la nouvelle université de Strasbourg. Pour les impatients, avoir à partir de la quatrième minute car elle se fait sifflée par des manifestants.

http://www.megaupload.com/?d=3DMFGEA3

Anonyme a dit…

C'est vrai c'est nul les votes à bulletins secrets, c'est pas démocratique ça, encore un complot du patronat et du gouvernement !

Anonyme a dit…

ça n'est pas un complot c'est une procédure, largement utilisée par les dirigeants, gestionnaires des entreprises pour casser les mouvements de grève. et oui tu sais, les gens disent et font des choses différentes ! le vote à main levée provoque une coopération et une solidarité plus forte qu'un tête à tête avec ses intérêts lors d'un vote à bulletin secret. CQFD.

Anonyme a dit…

Et en plus dans un vote à main levé c'est beaucoup plus simple de faire voter n'importe qui (lycéens, anciens étudiants...) et le compte est beaucoup plus précis ! Et personne n'est influencé par les heures de discours qui précède le vote ni par l'effet de groupe... Ha c'est beau la démocratie populaire...

Anonyme a dit…

oui oui et ma grand mère aussi !

Guillet a dit…

2 remarques :

1) pour appeler le ministère :
par tél :
01 55 55 90 90 (demander le cabinet de Mme la Ministre)
01 55 55 84 32 (autre n° affiché sur le site du MESR)
par mail :
valerie.pecresse@recherche.gouv.fr / contact@valerie-pecresse.fr
karen.bornaghi@recherche.gouv.fr
philippe.gillet@recherche.gouv.fr
fabrice.larche@recherche.gouv.fr

2)Pour répondre sur la position de notre ami Georges : la question n'est pas de savoir si le CA est notre ennemi, sinon nous serions notre propre ennemi, puisqu'il nous représente... la question est que en proposant le référendum, le CA pense (ou fait semblant de penser) que la communauté n'est assez en phase avec la contestation de la réforme : mon oeil ! il sait très bien quelle est la situation ! il sait que la "base" des enseignants et enseignants chercheurs est très remontée (ici et ailleurs) car notre ministre nous méprise et notre sort futur, comme celui de l'université publique, est à craindre. Or, lui, le CA pense qu'il va pouvoir négocier, tirer quelques marrons du feu. Mais négocier quoi ? quels postes à supprimer ? quelles petites compensations financières pour je-ne-sais-trop-qui-ou-trop-quoi ? Je l'avais dit à notre Président lors du Congrès : il n'y aura rien à négocier car ce pouvoir impose par la force ; il nous faut au contraire créer un rapport de force plus important pour imposer notre vision de l'université : celle que Pierre Thorez a rappelée : l'excellence pour tous.
Nous devons d'ailleurs rester vigilant sur le prochain CA car le vote du budget est de nouveau à l'ordre du jour : il faut le refuser !!! ce sera aussi l'enjeu de nos prochaines AG : monter que notre communauté n'accepte pas les compromis quand nous sommes piétinés de mépris et que nous refusons aussi les petites combinazione syndicales.

Anonyme a dit…

Camarades, tous à la Bastille !!!

Anonyme a dit…

Sinon, ça a donné quoi l'AG d'aujourd'hui ?

Anonyme a dit…

Pour l'information de tous:

Communiqué de la Présidence de l'Université du Havre (reçu par mél le 9/2 à 15h03 par le personnel):
Afin de faire connaître solennellement son opposition aux réformes qui remettent en cause le service public universitaire d'enseignement et de recherche, et plus particulièrement son opposition au nouveau système de répartition des moyens qui programme dans les années à venir, pour l'université du Havre, plus qu'une centaine de suppressions d'emplos ainsi qu'une baisse de la dotation de l'Etat, le conseil d'administration réuni le 6 février 2009 a décidé la suspension des activités le mardi 10 février 2009.
Cette suspension des activités a pour objectif d'informer la communauté universitaire. A cet effet, un atelier de travail et de débats est organisé à 9h30 sur les points suivants: suppression d'emplois, dotation budgétaire, nouveau modèle d'allocation des moyens; statut des enseignants chercheurs et statut des dotorants; mastérisation de la formaton des enseignants.
Cet atelier se tiendra dans l'amphi 5, Faculté des Affaires Internationales/UFR Lettres et Sciences Humaines.

(Je rajoute un mot perso - tous ceux qui souhaitent s'informer/débattre/sauver notre université se doivent de venir demain matin. Ne restez pas chez vous, ce serait le meilleur moyen de faire couler univ-lehavre...
Autre point: il est effectivement prévu,pour jeudi, pour le personnel, de voter en faveur/non d'une nouvelle suspension.)

Anonyme a dit…

Pour répondre à l'Anonyme du 9 Février 15:17,
Je n'ai pas vu de grand mère, mais c'est sûre il y avait des anciens élèves ils se sont mêmes présentés à la tribune comme anciens élèves et ohhh surprise ils ont voté...
Alors à défaut de bulletin secret, il serait bienvenue de vérifier les cartes étudiants, non?!! ça changerais la donne???
Et sinon, une question sur un sujet différent, comment expliquez vous êtes si nombreux aux AG à voter pour la grève et si peu dans la rue?! n'en auraient-ils pas qui vote juste pour être en vacances?

Anonyme a dit…

La majorité des étudiants font comme moi : ils ne foutent jamais les pieds dans les AG, quel meilleur moyen pour vous faire comprendre qu'on veux juste que vous nous laissiez bosser en paix ? Allez vous le comprendre un jour ?!

Anonyme a dit…

Malheureusement l'heure n'est plus à "bosser en paix" (tout le monde aimerait bien).
Aurez-vous les moyens de payer une augmentation de plus de 600 euros/personne des droits d'inscription? (Oui, cela permettrait de combler le trou dans le budget de notre université.) Et si l'on supprimait votre filière car elle coûte trop cher à l'université? Et s'il fallait achêter plus de livres personnels à la place de compter sur des photocopies fournies aux frais de l'université car cette université n'a plus les moyens de payer? Cea vous permettrait-il de "bosser en paix"? Et s'il fallait en fait aller étudier à Rouen ou Caen car l'Université du Havre n'existe plus car elle n'a tout simplement pas les moyens de payer les salaires de tout son personnel (sans parler de payer les photocopies... ou l'achat de photocopieuses). Vous préferez quoi - un prof ou une photocopieuse en fait? Comment faire à ce moment-là pour "bosser en paix"?
(Oui, cette réalité approche à grands pas.Je pense qu'il est grand temps de réagir. Ce ne sont PAS des paroles en l'air - ce qui arrive est effectivement l'amorce de la fin du service publique de l'enseignement supérieur ouvert à tous, les pauvres comme les riches... si vous ne faites rien pour l'empêcher.)

Anonyme a dit…

Arrêtez un peu de dramatiser, la réforme du statut des enseignants chercheurs c'est pas la fin de l'université ni de la démocratie, et arrêtons un peu de hurler au loup à chaque réforme,ce qu'il faut ce n'est pas défendre le droit pour tous de faire ses études à côté de chez soit, ce n'est pas possible, il faut développer ce qui marche là où sa marche, par exemple au Havre le droit-bilingue lancé cette année est un truc génial qui peut attirer des tas d'étudiants au Havre, c'est sur ce genre de truc qu'il faut mettre le paquet plutôt de vouloir à toute force maintenir tout partout. Oui il faut augmenter les droits d'inscriptions pour ceux qui peuvent les payer, pour les autres il faudra augmenter le système de bourses sur critères sociaux (ce gouvernement là déjà fait comme jamais auparavant notamment avec la création du 6éme échelon)et de bourses au mérite, c'est pas une politique spécialement de droite de proposer que ceux qui peuvent payer plus paient plus pour un service qui est aujourd'hui quasiment gratuit non ?, oui il faut trouver des solutions pour que les étudiants puissent aller étudier loin de chez eux si la filière qui les intéresse s'y trouve (j'ai tendance à croire que c'est une bonne chose de bouger de chez soit quand on est jeune) pour cela il faut s'attaquer aux problèmes de logement, de jobs étudiants, d'aménagement des emplois du temps, etc, bref du concret... c'est exactement ce que fait le gouvernement. Un jour il faudra bien aussi se poser la question de la sélection (ho le vilain mot ! ), et se demander si c'est vraiment rendre service aux étudiants que d'accepter que n'importe quel titulaire de n'importe quel bac puisse s'inscrire dans n'importe quelle filière universitaire et qu'ils se retrouvent en échec un ou deux ans après sans diplôme, il faudra peut être se rendre compte qu'il faudra arrêter de mépriser les filières pro ou courtes et de faire croire que la réussite ne peut passer que par les études supérieures et que le reste c'est pour les ratés...
Après on peut choisir de jouer l'utopiste démago et proposer une allocation d'autonomie pour tous, le droit pour tous sans conditions d'accéder à la fac et continuer à fabriquer des milliers de chômeurs déçus, demander toujours plus de moyens pour des résultats toujours plus mauvais, répartir équitablement la misère, et continuer longtemps à se voiler la face parce qu'on aura pas voulu aborder les vrais questions...

Anonyme a dit…

bon euh j'aimerais savoir ce qui se passe pr le moment .. vu que la majorité des étudiants sont 1 peu paumé dans le mouvement ..?

Anonyme a dit…

Pour tous les paumés: UNE SEULE SOLUTION C'EST LA REVOLUTION !!

ou alors:C'EST LA LUTEUHHH FINALEUHHH

Faites vos jeux, pour défendre une université "publique" et "laique"

Tagada- a dit…

On va tous crever, on va tous crever. Y'a la fin du monde qui nous guette et nous on fait la fête !

*en musique*

Anonyme a dit…

Autant je suis d'accord avec les revendications, autant je ne suis pas sûr que la grève soit la solution ... ah oui pardon ... "suspension" qu'ils disent ... Ben tiens, ça serait trop bête de ne pas être payé à la fin du mois hein ! "Suspendre l'activité", "suspendre les cours" ... Peur du mot "grève" ? Moi je serais la ministre, je jouerais également sur les mots en faisant une petite "suspension" de salaire ...
C'est bien joli tout ça, mais devinez qui est pénalisé ? Les étudiants ( du moins ceux qui veulent leur diplômes) ... comme d'habitude depuis le CPE. Alors maintenant chaque année il y aura une grève ? un blocage ? une "suspension" ? Vous trouvez que ça rend une bonne image de l'Université, voire de l'Enseignement Supérieur en général ?
Et franchement, de quel droit une AG qui réunit 378 étudiants (c.f. les tracts distribués lundi en fin d'après-midi), prend des décisions au nom de tous les étudiants ??
Ah on avait qu'à venir ? Je voudrais rappeler que le syndicat élu par les étudiants n'était pas présent, il n'y en avait (encore une fois) que pour un seul syndicats qui n'a obtenu qu'une minorité de votes aux dernières élections.
A bon entendeur ...

Anonyme a dit…

Tant mieux.

Anonyme a dit…

2 Actions à venir cette semaine...

Jeudi 12 février 20h00: Manifestation nocturne (RDV au parking de la plage avec un objet bruyant, pour faire entendre la mobilisation).

samed 14 février 14h00: Enterrement de l'université (RDV parking de la plage).

Enregistrer un commentaire